Abécédaire du particulier

Les CAUE d’Ile-de-France proposent une série de fiches thématiques pour répondre aux questions des particuliers en matière d’architecture, de construction, d’urbanisme et d’environnement. Ces documents n’ont pas valeur de conseil juridique. Pour y accéder, tapez un mot-clé ou cherchez dans la liste.

CHAMPIGNON

Définition

Végétal cryptogamique, parasite du bois ou des surfaces exposées à l’humidité ; les moisissures : mérule, bleu du sapin, etc…sont des champignons.

Nos Conseils

  • Le bois :
    Pour éviter les problèmes de température et d'humidité du bois des lambris, ouvrez les paquets de lames et laisser 48 heures de délai avant la pose.

    - Eviter tout contact entre bois et sol.
    - Interposer, en site humide, une chape isolante entre murs en fondation et murs en élévation.
    - Ne poser les menuiseries que les maçonneries étant sèches.
    - Assurer une bonne aération des sous-sols.

    L’hygiène :
    - Maintenir ouverts les orifices d’aération, ne pas boucher les soupiraux de caves.

    Il existe un traitement chimique pour la mérule

Question/rÈponse

  • Quels sont les différents types de champignons ?

    - Les champignons lignicoles :
    N’altèrent pas les caractéristiques mécaniques des bois attaqués.
    Ils sont responsables du phénomène de bleuissement des bois et s’attaquent aux substances de réserves des résineux provoquant une couleuration bleu clair à bleu noirâtre.
    - Les champignons lignivores :
    Ils parviennent à détruire tout ou partie du bois, altérant gravement les caractéristiques physiques et mécaniques.
    Ils se caractérisent par une pourriture cubique (consistance cassante du bois suivant des plans orthogonaux) ou une pourriture fibreuse (couleur pâle du bois et ramollissement)
    - La mérule :
    Le plus fréquent et le plus redoutable, susceptible de détruire les bois de construction en quelques mois. Se propage par le vent.
    Elle se caractérise d’abord par l’apparition de filaments très fins, blanc grisâtres (hyphes) qui parcourent toute la surface du bois attaqué. Ces filaments peuvent former une sorte de toile d’araignée. Ensuite, le champignon forme des sortes de lames de consistance feutrée, la bordure en est blanche et le centre couleuré en brun-rouille. Ce champignon peut attaquer les pièces voisines, même sèches et peut se propager à travers les joints de maçonnerie. La mérule attaque de préférence les bois résineux mais aucun bois ne lui résiste vraiment.
    - La moisissure :
    Les moisissures sont des champignons microscopiques, composés de milliers de variétés différentes, et se regroupant en grappes. Certaines moisissures servent à la composition de médicaments (pénicilline), mais la plupart sont nocives pour la santé de l'homme. Certaines variétés sont de puissants allergisants, souvent sous-estimés. Les moisissures les plus courantes sont les aspergillus, de couleur vert noirâtre qui nécessitent un faible taux d’humidité pour se développer. Lorsque la teneur en humidité est plus élevée d’autres espèces peuvent paraître : pénicillium (vert), cladosporium (noir verdâtre) et le phoma (noir).

    À quoi est due l’apparition de champignon ?
    L’humidité favorise toujours le travail d’agents organiques et notamment des moisissures et des champignons. Cette présence est liée également à un défaut de ventilation et d’ensoleillement.

RÈglementation

  • La loi Alur instaure une réglementation pour éradiquer la mérule. Elle est articulée autour des connaissances et des caractéristiques locales de son développement, et reprend le modèle existant pour la lutte contre les termites et l’état des risques naturels et technologiques. L’information obligatoire en est le pivot.

    Cette information est à double niveau : les mairies sont informées par les occupants de bâtiments de la présence de mérule, dès qu’ils en ont connaissance et en dehors de toute transaction immobilière ; l’acquéreur est informé avant l’acquisition.
    Cette solution présente l’avantage de donner des informations en dehors des cas de changement de propriétaire.

    1. Obligation de déclaration des foyers infestés par la mérule

    Dès qu’il a connaissance de la présence de mérule dans un immeuble bâti, l’occupant de l’immeuble contaminé, ou à défaut le propriétaire, est tenu d’en effectuer la déclaration en mairie. Lorsque la mérule est présente dans les parties communes d’un immeuble soumis à la loi sur la copropriété, la déclaration incombe au syndicat des copropriété.

    2. Délimitation, au niveau départemental, des zones de présence d’un risque de mérule

    Lorsque, dans une ou plusieurs communes, des foyers de mérule sont identifiés, un arrêté préfectoral délimite les zones de présence d’un risque de mérule. Cet arrêté est pris sur proposition ou après consultation des conseils municipaux intéressés, la consultation des conseils municipaux permettant de prendre en compte les informations tirées des déclarations d’infestation faites en mairie.

    3. Obligations en cas de démolition, dans les zones délimitées par arrêté préfectoral

    En cas de démolition totale ou partielle d’un bâtiment situé dans la zone délimitée par l’arrêté préfectoral, les bois et matériaux contaminés sont incinérés sur place ou traités avant tout transport si leur destruction par incinération sur place n’est pas possible.

    4. Obligations en cas de vente, dans les zones délimitées par arrêté préfectoral

    En cas de vente de tout ou partie d’un immeuble bâti situé dans la zone délimitée par l’arrêté préfectoral, le vendeur doit fournir une information sur la présence d’un risque de mérule.

    Ce dispositif d’information est annexé à la promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l’acte authentique de vente.

Adresses utiles

  • Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat

    ANAH
    ... >
    Tél : 0 820 15 15 15
    8 avenue de l'Opéra
    75001 Paris
    <
Partager