Abécédaire du particulier

Les CAUE d’Ile-de-France proposent une série de fiches thématiques pour répondre aux questions des particuliers en matière d’architecture, de construction, d’urbanisme et d’environnement. Ces documents n’ont pas valeur de conseil juridique. Pour y accéder, tapez un mot-clé ou cherchez dans la liste.

ENDUIT EXTÉRIEUR

Définition

L’enduit extérieur dit enduit de façade, est un mélange avec lequel on recouvre les murs en maçonnerie ; il est constitué de matériaux inertes tels que sables, granulats…qui lui donnent son aspect, sa couleur, et de liants qui assemblent par collage les matériaux inertes et assurent ainsi les performances des enduits : étanchéité, perméabilité, souplesse, dureté …
L’appellation crépi est encore souvent employée pour désigner l’enduit de parement.

Nos Conseils

  • Avant de décider du choix d’un enduit, il est recommandé de consulter un professionnel qui pourra faire un diagnostic si nécessaire et en tout cas vous conseiller sur les produits les mieux adaptés à votre mur. Ensuite les conditions d’application du revêtement doivent être strictement respectées pour obtenir les performances requises. Le non respect des prescriptions peut conduire à des désordres importants.
    Attention, toute opération qui modifie l’aspect extérieur d'une construction, nécessite une demande de « déclaration de travaux ». Le dossier est à retirer au service urbanisme de la mairie.
    Si vous êtes copropriétaire, vous devez obtenir l'autorisation de la copropriété. Pour une maison dans un lotissement, consulter le règlement du lotissement.
    Si le bâtiment est classé, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, ou situé dans un secteur protégé, il faudra aussi l’autorisation de l’architecte des Bâtiments de France. Dans tous les cas , il est recommandé d’aller consulter les documents d’urbanisme à votre mairie : ils vous donnent toutes les prescriptions concernant votre zone.
    Si le bâtiment est implanté à l’alignement sur l’espace public, une autorisation d’échafaudage est obligatoire .
    Si le réseau EDF doit être déposé et reposé sur la façade, il est nécessaire de remplir une DICT (Déclaration d’Intention de Commencer les Travaux) au centre EDF le plus proche

Question/rÈponse

  • Quelles sont les fonctions de l’enduit ?
    L’enduit habille le bâtiment dans un but décoratif et lui donne ainsi son identité. Il est surtout une protection contre les intempéries : il imperméabilise la maçonnerie tout en la laissant respirer c’est à dire libérer vers l’extérieur l’humidité qu’elle renferme, fonction d’échanges importante pour éviter toutes sortes de dégradations par la persistance de l’humidité.
    De fait, il est absolument déconseillé par exemple d’appliquer une peinture imperméabilisante sur une maçonnerie ancienne ou de poser un mortier à base de ciment sur des supports anciens.

    Quels sont les différents types d’enduits ?
    Le choix de l’enduit dépend du support (béton armé, maçonnerie d’agglomérés de ciment, béton cellulaire, parpaing de mâchefer, brique en terre cuite, moëllon, pierre de meulière, pierre calcaire,…). Il est en effet impératif que l’enduit soit en parfaite compatibilité avec son support de manière à garantir une bonne mise en œuvre, préserver la pérennité du bâtiment et éviter faïençage, micro-fissure, fissure, soufflage de l’enduit, chute de matériaux,…
    Il existe plusieurs catégories d’enduits qui sont fonctions des liants employés, de trois types :
    - Les liants gypseux qui n’ont aucune stabilité à l’eau (plâtre)
    - Les liants hydrauliques qui font leur prise de façon irréversible au contact de l’eau et peuvent durcir sous l’eau (ciment, chaux hydraulique, mortier bâtard)
    - Les liants aériens qui durcissent lorsqu’ils sont exposés à l’air. Il s’agit en particulier de la chaux grasse qui durcit sous l’action du gaz carbonique de l’air.
    Les enduits à liants aériens (chaux grasse) dont les propriétés et les qualités sont celles de la pierre calcaire, répondent à toutes les exigences en apportant à la fois pérennité et diversité esthétique.
    Attention aux faux amis que sont les liants organiques tels que les peintures, revêtements plastique, ..
    Il est à noter que tous les enduits ne se posent pas de la même façon : les techniques de mise en œuvre et le nombre de couches dépendent du type d’enduit lequel est déterminé par le support.
    - Le plâtre, à base de liant gypseux, est un enduit monomasse à passes successives, c’est-à-dire qu’on applique trois couches successivement par petites surfaces, depuis la couche d’accrochage jusqu’à la finition, appliquées sans délais les unes sur les autres.
    - Les mortiers de liants aériens ou hydrauliques sont appliqués en trois couches
    successives sur toute la surface et en respectant des temps de séchage entre chaque :
    La première couche : c’est la couche d ‘accrochage, mortier très liquide, le « gobetis », projeté sur le support.
    La deuxième couche : c’est le corps d’enduit appelé le « dégrossis ». Il constitue l’épaisseur de l’enduit et permet de « dresser à la règle » la surface du revêtement.
    La troisième couche : c’est la couche de finition qui peut présenter différents aspects en fonction de l’outil utilisé.
    - Les enduits monocouches, à base de liants hydrauliques, sont appliqués en une seule couche, projetée à la machine.

    Que peut-on attendre d’un bon enduit ?
    C’est un enduit qui reste totalement imperméable à l’eau de pluie et totalement perméable aux vapeurs d’eau pour laisser respirer le mur ; il reste insensible aux variations de température pour ne pas fissurer, souple par rapport au support pour absorber les déformations de celui-ci et dur en surface afin de résister aux chocs.

    A-t-on l’obligation d’enduire ses murs extérieurs ?
    Sur le plan technique, les matériaux et les procédés ayant évolué, il s’agit de faire la différence entre le ravalement d’une maison ancienne et le revêtement d’une construction récente.
    En dehors de certains murs de pierres de taille ou en briques apparentes, la plupart des murs anciens doivent être protégés par des enduits. La mise en œuvre des enduits traditionnels à base de plâtre et de chaux, bien adaptés aux maçonneries anciennes, demande des précautions et un savoir-faire particulier.
    Avec le développement du ciment au XXè siècle et l’apparition d’enduits industriels, il est devenu beaucoup plus facile, rapide et donc moins cher d’imperméabiliser et de décorer ses murs.
    Les murs en béton armé (voir les bétons architectoniques) qui présentent naturellement une imperméabilité suffisante, peuvent rester à l’état brut.
    Il est, de plus, important de vérifier dans le règlement d’urbanisme (POS ou PLU) de votre localité s’il existe des prescriptions particulières, par exemple sur les clôtures (Article 11), interdisant notamment le parpaing à nu.

    Est-ce que tous les supports acceptent n’importe quel enduit ?
    La compatibilité du support avec l’enduit doit être impérativement respecté si on ne veut pas voir apparaître toutes sortes de désordres tels que des fissures ou des décollements. Le choix de l’enduit est donc directement lié à la nature et à l’état du support. Pour que la cohésion entre enduit et support soit optimale, on applique la règle de la dégressivité qui consiste à n’appliquer sur un support qu’un produit toujours plus souple que ce support.
    Dans tous les cas, un diagnostic approfondi est indispensable afin d’identifier les éventuelles incompatibilités entre matériaux.

    Quels sont les différents aspects de finition possibles ?
    L’aspect de l’enduit dépend de l’outil utilisé :
    - L’enduit taloché car frotté à la taloche présente une surface relativement lisse sans aspérité importante
    - L’enduit projeté présente un aspect plus granuleux obtenu en projetant la pâte à l’aide d’une machine et laissé à l’état brut
    - L’enduit gratté est obtenu en griffant la surface d’un enduit taloché avec une planche à clous ou gratton
    - L’enduit ribbé présente un aspect strié obtenu en incorporant dans la pâte plastique épaisse des granulats de petite taille que l’on déplace avec la taloche.
    - L’enduit lissé (pour le plâtre) est serré avec une taloche en acier inoxydable appelée lisseuse (aspect le plus lisse)
    Certaines communes ont édicté une « Charte de couleurs » qui est consultable à votre mairie et qui impose, dans certaines zones, un nuancier à respecter pour couleurer votre façade.

RÈglementation

  • A chaque produit correspond une norme.
    Pour les enduits traditionnels : NF P 15-201/DTU26.1
    A chaque produit correspond les prescriptions très précises du fabricant.

Partager