Abécédaire du particulier

Les CAUE d’Ile-de-France proposent une série de fiches thématiques pour répondre aux questions des particuliers en matière d’architecture, de construction, d’urbanisme et d’environnement. Ces documents n’ont pas valeur de conseil juridique. Pour y accéder, tapez un mot-clé ou cherchez dans la liste.

ESCALIER

Définition

"Ouvrage de circulation verticale composé d'une série de marches, ou degrés, de même hauteur permettant de monter ou de descendre d'un niveau de plancher à un autre."
Dicobat

Nos Conseils

  • Un escalier est caractérisé par :
    - sa conception générale qui lui confère une forme qui résulte souvent de l'espace dans lequel il s'inscrit, ou de la place que l'on peut lui attribuer (en cas de réhabilitation par exemple) : escalier droit, à quartier tournant, balançé, à vis, en colimaçon, suspendu, adossé, rétractable ...
    - sa matière : l'escalier peut être en bois, en métal, en béton coulé sur place ou préfabriqué, en pierre ou même en verre,
    - ses dimensions : pour qu'un escalier soit praticable, harmonieux et pour qu'il ne présente aucun danger pour les usagers, des règles dimensionnelles sont à respecter.
     
    Des règles s'appliquent pour :
    1- la volumétrie générale de l'escalier,
    2- le dimensionnement des marches qui constituent la volée de l'escalier
     
    1- La volumétrie de l'escalier :
    La volumétrie de l'escalier résulte de différents paramètres :
    La hauteur d'étage, ou la hauteur de sol à sol, et la longueur disponible pour le parcours horizontal, ou développé, vont déterminer une pente moyenne qui va être la première caractéristique de l'escalier. Cette pente est le plus souvent de 25 à 40 degrés pour un escalier intérieur, sachant qu'une "échelle de meunier" peut avoir une pente de 60 à 70 degrés. L'inclinaison doit être constante.
    Une volée d'escalier ne dépasse généralement pas 22 marches.
    Ainsi, suivant le nombre de marches, des paliers intermédiaires ou dit de repos, seront inclus à la conception de l'escalier, ils seront déterminants dans la volumétrie de l'escalier.
    L'échappée est également une notion primordiale à prendre en compte dès la conception. Elle désigne la hauteur libre entre le dessus des marches et le plafond ou le rampant qui les surplombe et doit être au minimum de 2 mètres pour un escalier intérieur.
     
    2- Le dimensionnement des marches
    L'expérience prouve qu'un escalier est agréable et sûr, si les valeurs de hauteur de marche (h) et de giron (g) (c'est à dire la profondeur de la marche), correspondent à la formule suivante : 2h + g est compris entre 0,60 et 0,64 m  (relation de Blondel). L'amplitude moyenne du pas humain se situe entre 0,60 m et 0,66 m.
    ou encore g - h = 12 cm.
    Ainsi, d'un point de vue physiologique, les dimensions idéales pour un escalier intérieur sont de 29 cm de giron et 17 cm de hauteur. Toutefois, si ne disposez pas de la surface nécessaire, une hauteur de marche de 20 cm peut être envisagée, notamment pour un escalier de cave par exemple.
    D'autres paramètres caractérisent les marches d'escalier et participent au confort et à l'esthétique de ce dernier.
    Le nez de marche : partie saillante située à l'avant de la marche.  Habituellement de 2,5 à 3 cm, elle correspond souvent au revêtement de la marche. L'absence de nez, de plus en plus fréquente dans les escaliers contenporains ne constitue en rien une gêne.
     
  • Vocabulaire :
    - Volée : partie droite de l'escalier constituée par l'ensemble des marches comprises entre deux paliers ou 2 niveaux.
    - Limon : pièce latérale rampante qui soutient marches et contremarches du coté du jour central.
    - Jambe d'échiffre : poteau vertical déstiné à soutenir le limon en partie haute
    - Jour central (ou noyau) : vide central dans une cage d'escalier (ou axe autour duquel tournent les marches).
    - Mur d'échiffre : mur contre lequel sont appuyées les marches de l'escalier
    - Collet : extrémité la plus étroite d'une marche d'escalier tournant située du côté du limon ou du noyau.
    - le développé : longeur du parcours horizontal suivant la ligne de foulée
    - Ligne de foulée : axe théorique de circulation pris soit au milieu de l'emmarchement si la volée est droite, à 0,50 m de la rampe, ou du noyau, dans les autres cas.
    - Main courante : partie supérieure préhensible du garde-corps (rampe)

Question/rÈponse

  • Quelles sont les règles dans un immeuble collectif ?
    Dans les bâtiments d'habitation collectifs sans ascenseur, l'accès aux étages doit se faire par un escalier conforme aux prescriptions suivantes : largeur minimum = 1,
    20m, hauteur des marches = 0,17 m maximum et giron de 0,28 m minimum.
     
    Les mêmes règles de dimensionnement s'appliquent-elles en maison individuelle ?
    Pour l'habitat individuel, il est conseillé d'avoir un escalier d'une largeur minimale de 0,80 m avec une hauteur de marches de 18 cm maximum et un giron supérieur ou égal à 24 cm. Cette recommandation est une obligation si la maison est destinée à la location.

RÈglementation

  • NF DTU 21.3 
    NF DTU 31.1
    NF DTU 31.6

Plus d'infos

editions du CSTB: guides pratiques: http://boutique.cstb.fr/Product/les-escaliers
editions du Moniteur: escaliers contemporains: http://boutique.lemoniteur.fr/antidot/search/result?q=escalier

Adresses utiles

  • Comité National pour le Développement du Bois

    CNDB
    ... >
    info@cndb.org
    Tél : 01 53 17 19 60
    Fax : 01 43 41 11 88
    10 rue Mercoeur
    75010 Paris
    <
Partager