Abécédaire du particulier

Les CAUE d’Ile-de-France proposent une série de fiches thématiques pour répondre aux questions des particuliers en matière d’architecture, de construction, d’urbanisme et d’environnement. Ces documents n’ont pas valeur de conseil juridique. Pour y accéder, tapez un mot-clé ou cherchez dans la liste.

ISOLATION THERMIQUE

Définition

L’isolation thermique est une « barrière au transfert de chaleur ». Elle vise à conserver la chaleur (ou la fraîcheur) à l’intérieur des espaces de vie : l’hiver, elle empêche la chaleur de s’évacuer des logements chauffés ; l’été, elle l’empêche de pénétrer à l’intérieur.
Une bonne isolation augmente donc le confort, hiver comme été, et permet de faire des économies de chauffage ou de climatisation importante. L’investissement dans des travaux d’isolation est souvent rentabilisé en quelques années. En effet, plus de la moitié des factures énergétiques dans l’habitat non ou peu isolé sont dédiées au chauffage.
 
Un isolant est donc un matériau dont les propriétés intrinsèques confèrent une aptitude à ne pas laisser passer la chaleur. Le meilleur isolant est l’air sec et immobile. Ainsi, en règle générale, plus un matériau est léger, plus il est isolant thermiquement.

Nos Conseils

  • Il est possible d’effectuer soi-même ses travaux d’isolation en se reportant aux sites des fabricants ou des distributeurs mais il convient d’être prudent car les travaux d’isolation restent très techniques.
    En outre, l’autoconstruction si elle revient a priori moins cher, ne donne pas droit aux aides de l’Etat.
    Par ailleurs, un professionnel pourra garantir la qualité de votre isolation.
    Ces points doivent donc être étudiés sérieusement avant de se décider à réaliser soi-même son isolation.
    Nous vous conseillons donc de vous renseigner avant d’engager le moindre frais notamment en de consultant les architectes du CAUE ou les conseillers info-énergie de votre département. Ces derniers pourront en effet vous donner un avis technique qui, dans certains cas, reste indispensable.
     

Question/rÈponse

  • Pourquoi et quoi isoler ?
    L’isolation est la première étape dans une démarche d’utilisation rationnelle de l’énergie.
    Il n’est donc pas pertinent d’envisager un quelconque projet de chauffage « écologique » (pompes à chaleur, panneaux solaires thermiques, chaudières à biomasse, etc) si le bâtiment n’est pas isolé. 
    Toutes les surfaces en contact avec l’extérieur, ou avec des pièces non chauffées, sont le siège de déperditions. Ces surfaces doivent systématiquement être isolées pour limiter les déperditions.
    Les déperditions sont en moyenne réparties de la façon suivante :

    • 25 à 30% par le toit,

    • 20 à 25 % par les murs extérieurs,

    • 10 à 15 % par les fenêtres et les portes,

    • 7 à 10 % par les sols.

    Il convient donc d’isoler en premier lieu les zones où les déperditions sont les plus importantes.

  • Quels sont les avantages d’une isolation thermique ?
    Une bonne isolation thermique :

    • réduit les pertes de chaleur et minimise les besoins en énergie (demande de chauffage) ce qui entraîne une diminution de sa consommation donc de sa facture.

    • permet un confort thermique d’hiver, car les parois d’un mur isolé sont moins froides.

    • permet un confort thermique d’été, car elle augmente l’inertie thermique du bâtiment.

    • permet de lutter contre le réchauffement climatique : en hiver, l’isolation permet de réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2, en empêchant la chaleur de s’échapper de l’intérieur de la maison vers l’extérieur. En été, l’isolation thermique permet d’améliorer le confort en contribuant au maintien d’une température intérieure et en limitant le recours à la climatisation.

    • a un rôle en matière de protection incendie, d’une part grâce à la nature de l’isolant et d’autre part, parce qu’elle permet d’assurer la résistance au feu des parois (leur stabilité lorsque l’incendie est déclaré).

  • Comment avoir une bonne isolation thermique ?
    La réussite d’une isolation thermique repose sur l'isolation de l'ensemble de l'enveloppe de la maison : isolation des murs, des combles, des sols (si envisageable : vide sanitaire accessible, plancher sur local non chauffé) et des fenêtres.
    La mise en œuvre est alors très importante et il faut pour cela :

    • choisir des isolants performants, certifiés avec une résistance thermique suffisante,

    • traiter étanchéité à l'air pour moins de déperditions thermiques du bâti,

    • mettre en place une ventilation maîtrisée pour un air neuf et sain qui évacue les excédents de vapeur d'eau. En effet la mise en place d’une isolation imperméable à l’eau peut « enfermer » le bâtiment et le faire moisir si la ventilation n’est pas contrôlée.

    • limiter les ponts thermiques en effectuant des raccordements adaptés (raccordement murs-plancher bas, raccordement murs-fenêtres, raccordement murs-toiture, raccordement plancher intermédiaire-murs et cloison- murs en isolation par l’intérieur).

    La forte résistance thermique de l’isolant conditionne à la fois la performance de l’isolation et le respect de la réglementation thermique (ainsi que l’obtention du crédit d’impôt en rénovation).
    La certification vous assure que les caractéristiques affichées de l’isolant (résistance thermique, paroi pour laquelle il est destiné…) ont été contrôlées et sont garanties dans le temps.
    Les Certifications à connaître :

    • ACERMI – concerne les isolants

    • CEKAL – concerne les vitrages

    • ACOTHERM – concerne les portes et les fenêtres

    • HQE, Qualibat – concernent le bâtiment dans son ensemble

  • Qu’est-ce qu’un pont thermique ?

    Idéalement, l'enveloppe isolante d'un bâtiment doit être continue et constante, c’est à dire qu’aucun endroit ne doit être négligé au risque de laisser s'échapper les calories (comme par exemple bien isoler ses fenêtres et pas son toit). Mais, dans la pratique, il arrive souvent que cette enveloppe isolante soit interrompue. On appelle cet endroit de rupture un pont thermique.
    Le pont thermique peut être inhérent au système constructif, et/ou être dû à un problème de conception ou de mise en œuvre.

  • Quels sont les différents types d’isolants ?

    • Isolant minéral : laine de verre, laine de roche, verre cellulaire, perlite, vermiculite et argile expansée, etc.

    • Isolant biosourcé : liège, fibres de bois, chanvre, fibres de lin, laine de mouton, plumes de canard, fibres de coco, panneaux de roseaux, ouate de cellulose, laine de coton, paille, torchis, toiture végétalisée, etc.

    • Isolant hydrocarbure : polystyrène expansé, polystyrène extrudé, polyuréthane, mousse phénolique, etc.

    • Isolant mince : Ils ne sont pas conseillés. Leurs résistances thermiques, annoncées par les fabricants, ne sont pas calculées selon les mêmes critères que pour les autres types d’isolants.

    Pour savoir quels isolants sont les plus adaptés à vos travaux, n’hésitez pas à contacter un architecte du CAUE ou un conseiller info-énergie.

  • Choisir une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur ?

    L’isolation des murs par l’intérieur revient à placer l’isolation à l’intérieur du bâtiment.

    • Avantages : l’aspect extérieur est préservé, le coût est moins important, les choix d’isolants sont plus variés, le chantier est à l’abri des intempéries.

    • Inconvénients : diminution de la surface habitable, la structure n’est pas protégée du froid, les ponts thermiques sont difficiles à résoudre, l’inertie thermique est diminuée.

    L’isolation des murs par l’extérieur revient à placer les isolants à l’extérieur du bâtiment.

    • Avantages : la continuité de l’isolant permet une meilleure performance thermique, la structure est protégée, pas de pertes de surface intérieure.

    • Inconvénients : la modification de l’aspect extérieur du bâtiment doit faire recours à une déclaration préalable ou à un permis de construire, le coût est plus élevé et les travaux nécessitent un échafaudage, les gouttières doivent être adaptées.

  • Qu’est ce que l’inertie thermique ?

    Les matériaux utilisés pour la construction d'une maison présentent, à des degrés très différents, la capacité d'emmagasiner l'énergie thermique dans leur masse. La capacité thermique d'un matériau est sa capacité à emmagasiner la chaleur par rapport à son volume.
    En règle générale, plus un matériau est dense, plus il est conducteur de chaleur, et plus il présente une capacité thermique élevée. Ces matériaux lourds peuvent être tout simplement les éléments en maçonnerie de la construction (béton, pierre, brique, terre...). Ils procurent en effet à l'habitation, à condition de les placer à l'intérieur de l'enveloppe isolante, une inertie thermique qui va réguler et homogénéiser les températures intérieures en augmentant le confort.
     

    Peut on faire des travaux d’isolation soi-même ?

    Il faut se reporter aux sites des fabricants ou des distributeurs et de nombreuses fiches pratiques sont disponibles.
    Il faut cependant être prudent sur deux points :

    • la mise en œuvre, et notamment l’étanchéité, ainsi que le traitement des ponts thermiques,

    • le coût : l’auto-construction revient a priori moins cher, mais ne donne pas droit aux aides de l’État.

    Par ailleurs, un professionnel pourra garantir la qualité de votre isolation.
    Ces deux points doivent être étudiés sérieusement avant de se décider à réaliser soi-même son isolation.
    Renseignez-vous avant d’engager le moindre frais. Pour cela vous pouvez contacter un conseiller info-énergie ou un architecte du CAUE.

RÈglementation

  • En rénovation, la RT (Réglementation Thermique) de l’existant fixe des performances thermiques à atteindre éléments par éléments (dans ce cas des résistances thermiques minimales sont à respecter) ou globales.
     
    La RT 2012, aussi appelée Réglementation thermique « Grenelle Environnement 2012 », s'applique aux bâtiments neufs.
    Elle a été créée pour développer la construction de bâtiments à basse consommation et pour protéger l'environnement. Chaque bâtiment neuf ne devra pas consommer plus de 50 KWh/m²/an en moyenne d'énergie, ce qui implique que son isolation soit très performante.
    Obligatoire à la vente depuis novembre 2006 et à la location depuis juillet 2007, le diagnostic de performance énergétique (DPE) permet lors de l’achat ou de la location d’un bien immobilier d’avoir des informations d’une part, sur la consommation d’énergie de ce dernier et, d’autre part, sur les émissions de gaz à effet de serre qui y sont liées.
     
    Peut-on obtenir des aides ?
    Les travaux d’isolation en réhabilitation permettent en effet d’économiser de l’énergie, c’est pourquoi ils sont subventionnés par l’État si les travaux sont réalisés par des professionnels RGE (Reconnu Garant de l'Environnement).
    N’hésitez pas à consulter notre fiche AIDES FINANCIÈRES POUR L’AMÉLIORATION DE L’HABITAT.

Plus d'infos

  • Site de l'ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie)
    Fiche pratique isolation

  • Site de l'ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat)
    Aide pour certains financements

  • Site de l'ADIL (Agence Départementale  d’Information sur le Logement)
    Renseignements ur les aides possible en matière d'isolation

  • Site du CSTB (Comité Scientifique et Technique du Bâtiment)

  • Site de l'ARENE (Agence Régionale de l’Environnement et des Nouvelles Energies)
    Documents sur l'isolation à télécharger

  • Site Toutsurl'isolation.com
    Tout sur l'isolation thermique et l'isolation phonique : guide de l'isolation des combles, murs, sols et cloisons, actualités et RT2012.

  • Foires aux questions du site de CREEE (Construction Respectueuse de l'Environnement et Econome en Energie)

  • Thermexcel, un site d’aide aux calculs

Adresses utiles

  • Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

    ADEME
    ... >
    Tél : 01 47 65 20 00
    Fax : 01 46 45 52 36
    27 rue Louis Vicat
    75737 Paris cedex 15
    <
Partager